default-logo
Teléfono : +34 93 103 82 22
info@oncothermiabarcelona.com

Apoptose élevée dans l’adénocarcinome pancréatique radiorésistant

Apoptose élevée dans l’adénocarcinome pancréatique radiorésistant

Une étude récente présentée par Gertrud Forika, 1er département de pathologie et de recherche expérimentale sur le cancer, Université Semmelweis, Budapest, Hongrie. Traite de l’augmentation de l’apoptose et de la destruction des cellules souches tumorales dans l’adénocarcinome pancréatique radiorésistant lorsque la radiothérapie est associée à l’électrohyperthermie modulée (mEHT – Oncothermie).

Nous constatons que les tumeurs malignes exocrines du pancréas sont parmi celles qui répondent le moins bien aux thérapies oncologiques. Malgré les progrès récents, le taux de survie à 5 ans des patients atteints d’adénocarcinomes pancréatiques est inférieur à 10 %. Ainsi, le facteur le plus critique responsable est la forte résistance des cellules tumorales à la chimio ou à la radiothérapie.

L’oncothermie (électro-hyperthermie modulée – mEHT) est un traitement complémentaire non invasif avec une radiofréquence porteuse de 13,56MHz. Ainsi, cette fréquence génère une chaleur sélective de <42°C, qui provoque un stress cellulaire et la destruction des tissus malins. Dans cette étude, la combinaison de la radiothérapie avec le mEHT a été testée sur une lignée cellulaire d’adénocarcinome pancréatique radiorésistante, Panc1.

Méthode

L’étude a été menée dans 4 groupes :

  • contrôle
  • traités par oncothermie pendant 60 minutes
  • irradiés à 2 Gy avec 137Cs
  • avec un traitement combiné, une irradiation suivie de la même dose d’Oncothermie

Résultats

Ensuite, des changements morphologiques visibles ont été observés dans les groupes traités après 24 heures. En outre, un nombre élevé de corps apoptotiques et une perte du nombre de cellules ont également été observés. Par rapport au groupe témoin, le rapport apoptotique le plus élevé a été enregistré dans le groupe Oncothermie + R, tandis qu’une élévation significative a également été mesurée dans le groupe Oncothermie. En outre, les cellules souches tumorales ALDH+ étaient significativement réduites dans les groupes traités par Oncothermie et Oncothermie + R par rapport au groupe témoin.

Comme prévu, le groupe irradié présentait la même quantité de CSC que le groupe témoin (en raison de la radiorésistance de la lignée cellulaire). La capacité de formation de colonies de CSC était également significativement plus faible dans le groupe Oncothermie et Oncothermie + R par rapport au groupe témoin. En outre, les fractions cellulaires positives pour H2Axγ et la calréticuline, indiquant respectivement les cassures double-brin de l’ADN et le stress ER, étaient également significativement augmentées dans les groupes traités par Oncothermie et Oncothermie + R.

L’apoptose avec l’Oncothermie

En conclusion, le traitement par oncothermie (mEHT) seul peut entraîner une apoptose massive des cellules Panc1 en induisant un stress cellulaire et des cassures double brin de l’ADN. L’irradiation, en tant que seul traitement, a provoqué une certaine nécrose mais aucun effet majeur sur les CSC. Enfin, le traitement combiné a considérablement amélioré l’efficacité de la radiothérapie, entraînant une augmentation de l’apoptose et une réduction des CSC malgré la radiorésistance inhérente au Pan1.


L’étude a été publiée par l’Office national hongrois de la recherche et de l’innovation.

Pour plus d’informations, vous pouvez accéder à l’étude originale en cliquant sur le lien suivant.